Moha Moukhliss : « Ce sont vos expériences qui font de vous un joueur plus complet »

Cet été, il a décidé de quitter le Real Madrid où il a passé plus de quinze années pour enfin franchir un cap. Le jeune hispano-marocain espère maintenant pouvoir s’exprimer au plus haut niveau et ainsi confirmer les espoirs placés en lui. Il s’est confié sur sa génération dorée avec l’Espagne, ses objectifs pour la saison prochaine et sur son pays d’origine : le Maroc

Vous sortez d’une année au Celta Vigo, comment vous jugez votre saison ?  

Je pense que c’était une expérience positive. C’était ma première année dans une catégorie très compétitive et j’ai disputé beaucoup de matches. Ces matches, ils m’ont fait mûrir en tant que joueur. Ça a été une grande expérience qui m’a permis de grandir encore un peu plus. Maintenant, je dois persévérer pour continuer à m’améliorer.

Avec l’Espagne, vous avez gagné l’Euro déjà deux fois (ndlr : en U17 et U19). Vous faites partie d’une génération dorée. Vous êtes forcément plus attendu que d’autres…

C’est vrai, c’est un privilège. Tous les joueurs n’ont pas la chance de jouer en sélection et parfois même quand vous jouez, vous n’obtenez aucun titre. Je suis très fier d’avoir vécu des moments comme ceux-là, parce que finalement, on s’entraine tous les jours pour vivre des moments comme ça et pour jouer des matchs comme ceux-là.

Qu’est ce qui fait la force de cette génération qui est aussi finaliste malheureux de la Coupe du monde U17 ?

C’est une génération unique, sans aucun doute. La preuve, beaucoup d’entre eux jouent déjà en première ou deuxième division et dans des équipes de haut niveau. C’est un groupe, avec des joueurs fantastiques et sur qui on a beaucoup d’attentes, avec une grosse marge de progression. Il faut tenir compte de ça, parce qu’il y en a beaucoup qui restent sur le côté de la route sans jamais pouvoir réaliser leur rêve d’atteindre le plus haut niveau.

Moha embrassant le trophée après la victoire en finale de l’Euro U19.

Comment vous décrire en tant que joueur ? Quels sont vos points forts ? Dans quoi pensez-vous devoir progresser ? 

Je me considère comme un milieu relayeur plutôt offensif, avec une bonne capacité à maitriser et contrôler le ballon. Je participe aussi aux tâches défensives. Pour ma progression, de toute façon il y a toujours quelque chose à faire progresser et améliorer. J’ai encore pas mal d’années devant moi pour y parvenir. Heureusement, j’ai toujours eu des entraîneurs qui m’ont beaucoup appris.

L’ancien DNT du Maroc, Nasser Larguet, a récemment déclaré que vous étiez, sans doute, l’un des plus grands talent marocain de ces dernières années…

Je pense que c’est un grand compliment, c’est un honneur. Je le remercie d’ici. Quand vous recevez un commentaire de ce genre, vous devez juste être reconnaissant et l’apprécier. C’est encore une motivation de plus pour aller de l’avant.

Vous avez aussi la nationalité marocaine, quel lien avez-vous avec le Maroc ? 

J’ai une grande affection et un profond respect pour le Maroc. C’est mon pays d’origine et c’est celui de ma famille donc j’y suis attaché comme n’importe qui à ma place. Le Maroc, c’est un pays incroyable.

« Je suis conscient du club auquel j’appartiens »

Vous avez déjà été approché par la sélection marocaine… Vous suivez un peu les résultats du Maroc ?

Oui, je suis toujours le football, en général. À la Coupe d’Afrique 2019, c’était vraiment dommage qu’ils aient été éliminés en huitième de finale, aux tirs au but. Pourtant, la phase de groupe était très bonne avec trois victoires en trois matchs. C’était logique et mérité d’aller plus loin dans la compétition, mais on sait tous déjà comment les tirs au but fonctionnent.

Vous venez d’être transféré à Valladolid, c’est un nouveau départ…

Oui, c’est vrai. Je veux continuer à grandir en tant que footballeur dans un club qui m’a fait confiance et m’a donné l’opportunité de m’améliorer avec un projet ambitieux et d’avenir. Je veux atteindre l’équipe première et passer un cap pour rivaliser avec les meilleurs. Je suis conscient du club auquel j’appartiens en ce moment et de la responsabilité qui en découle.

C’est une étape importante pour vous…

Oui et je dois continuer à travailler, continuer à mûrir pour disputer le plus grand nombre de matchs et donc continuer à me développer. Je veux atteindre le plus haut niveau possible mais pour en arriver là, j’ai encore beaucoup à apprendre. C’est l’ensemble de vos différentes expériences qui fait de vous un joueur plus complet.

Moha sous les couleurs du Real Madrid, ici face au Barca.

Vous avez 20 ans, mais toujours pas de saison de référence au niveau professionnel. N’aviez-vous pas peur de ne pas trouver un nouveau défi ?

C’est vrai, mais je viens de l’un des meilleurs centre de formation de ce pays et on m’a appris comment ce monde fonctionne. Depuis que je suis tout petit, j’ai appris que la seule façon d’arriver tout en haut c’est de travailler dur, très dur. C’est ce que je suis venu faire ici à Valladolid, m’entraîner dur pour gagner ma place. Je sais que c’est un club qui m’a apprécié et c’est pourquoi je dois répondre à cette opportunité en donnant le meilleur de moi-même.

Hanif Ben Berkane

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez un site Web gratuitement avec WordPress.com.
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :